Syndicat CFE-CGC | Métallurgie Lorraine

jeudi 20 juillet 2017
Dernières nouvelles
Accueil >> EDITO DU PRESIDENT >> Soyons vigilants !

Soyons vigilants !

Gilles HEMMERLING

« Le roi Hollande est mort, vive le roi Macron ! », pourrions nous crier. Avec 66% des voix la France a donné les rênes du pouvoir à un homme issu d’une nouvelle génération. Si le renouvellement et le rajeunissement sont à saluer, l’arrogance (il n’y a qu’à se rappeler l’humiliation de Valls) est à redouter.

La présidence va bénéficier d’une forte majorité parlementaire issue d’un système électoral inique, en vigueur dans aucune autre démocratie Européenne.

Vous me direz que les débuts de Macron avec les syndicats se passent bien. Bien entendu, il ne leur a rien dit. Au contraire, le gouvernement dément même les éléments dévoilés dans la presse. Il faut donc se méfier doublement.

Ne trouvez-vous pas suspect de mettre autant d’ardeur à vouloir imposer le plafonnement des indemnités prud’homales alors que c’est une question marginale dans les décisions d’embauche des entreprises et les préoccupations des salariés ? Les entreprises embauchent pour couvrir des besoins et prennent soin de bien choisir des candidats qui devront enchainer les CDD avant de se voir proposer un CDI.

En comparant les taux de recours aux tribunaux du travail dans les différents pays européens la France est nettement en dessous de la moyenne européenne (10,6 demandes pour 1 000 salariés en Europe contre 7,8 en France).

Le non-dit, c’est qu’instaurer un plafond du montant des indemnités auxquelles pourrait prétendre un salarié dans une procédure prud’homale revient à mettre en place un barème pour les ruptures conventionnelles. Si un salarié a des prétentions qui sont au-dessus du plafond des prud’hommes, l’entreprise lui fera remarquer que son intérêt à elle sera d’aller au contentieux. Elle lui proposera moins d’argent, en arguant que c’est du sûr, immédiat et sans frais d’avocat…

Je pourrais encore aborder l’inversement de la hiérarchie des normes avec la primauté des accords d’entreprises ou le référendum à l’initiative de l’employeur qui va mettre encore un peu plus la pression aux salariés et bien d’autres sujets encore, mais les mois à venir me donneront l’occasion de revenir sur ces sujets.

Je ne peux que conclure en répétant : « Soyons vigilants, même très vigilants », sinon le réveil risque d’être douloureux !!

                                                                                                                                          Gilles HEMMERLING

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page