Syndicat CFE-CGC | Métallurgie Lorraine

vendredi 21 septembre 2018
Accueil >> Vidéos >> Loi El Khomri : le compte n’y est pas pour la CFE-CGC

Loi El Khomri : le compte n’y est pas pour la CFE-CGC

Le projet de loi El Khomri a été revu, mais le compte n’y est pas pour la CFE-CGC. A ce stade, il nous manque 5 points :
– licenciements économiques : dans un groupe nous demandons que l’appréciation des difficultés économiques se fasse à l’échelle du groupe entier pour éviter que des groupes florissants puissent licencier.
– Compte personnel d’activité : nous demandons un « Compte-temps » qui génèrera de nouveaux droits pour les salariés.
-Médecine du travail : nous demandons une médecine préventive et non sécuritaire pour préserver le capital humain des entreprises.
-référendum d’entreprise : nous demandons le retrait de cette mesure qui contourne les organisations syndicales et fragilise le dialogue social.
-Les accords offensifs sur l’emploi n’engagent en rien les entreprises. Nous demandons le retour aux accords défensifs qui ont garanties pour l’emploi.

Loi El Khomri: « Nous sommes prêts à la CFE-CGC à descendre dans la rue si ce texte ne bouge pas »

La CFE-CGC lance un appel solennel aux parlementaires !

 

Malgré les avancées décidées par le Premier ministre, le texte El Khomri n’apporte toujours pas à ce stade de réelles et tangibles sécurités pour les salariés, personnel de l’encadrement compris.

 De mauvaises réponses à une vraie question :

Il n’y a aucun lien entre protection de l’emploi et taux de chômage.

Comment peut-on croire et faire croire que c’est en facilitant les licenciements économiques que l’objectif du gouvernement d’inversion de la courbe du chômage pourra être atteint ?

 Mesdames et Messieurs les parlementaires, est-ce ce monde de précarité que vous souhaitez en France ? Une société dans laquelle un CDI ne serait ni plus ni moins qu’un CDD précaire ?

La CFE-CGC veut croire et faire le pari que le débat parlementaire sera plus eficace pour faire avancer le progrès social que le débat dans la rue.

Les lignes incontournables à faire bouger :

Licenciement économique : la rédaction actuelle du projet de loi est inacceptable en l’état pour la CFE-CGC.La CFE-CGC attend de vous une réécriture de cette partie du projet de loi afin que les salariés ne soient pas la variable d’ajustement de stratégies hasardeuses ou de distribution de dividendes !

 

 Concernant les accords de préservation et de développement de l’emploi, la CFE-CGC demande le retrait de cette partie du projet de loi. Nous avons accepté et signons des accords dits « défensifs » : accord de maintien dans l’emploi, accord de

On le voit, nous sommes prêts à faire des efforts mais ceux-ci doivent être équitablement répartis entre employeurs et salariés et assortis d’engagements sur le maintien de l’emploi pendant la durée de l’accord.

 

Le référendum :

 Auprès des salariés pour faire passer un accord majoritaire qui a été refusé par les organisations syndicales ? La CFE-CGC estime que c’est un déni de démocratie et demande le retrait pur et simple de cette proposition. 

Comment expliquer vouloir redonner de la légitimité aux acteurs du dialogue social tout en les contournant ? 

 

La médecine du travail :

 La CFE-CGC ne comprend pas l’acharnement qui est mis à rendre la médecine du travail sécuritaire et non plus préventive.

 

Respecter les TPE et PME et leur donner les moyens de bien appliquer le droit social. Il est fondamental de préserver le rôle des branches professionnelles. Seules ces dernières garantissent une régulation dans les conditions de travail des salariés d’un même secteur d’activité et entre entreprises de toutes tailles. La CFE-CGC réaffirme son refus de l’inversion de la hiérarchie des normes.

 

 Donner les meilleures chances de départ pour le CPA. Il ne peut se réduire à des comptes personnels existants. Le compte engagement citoyen est un ajout intéressant. Il faut consolider cette voie en reconnaissant dans ce CPA la création d’un compte temps. 

 

 Sécuriser le cadre des forfaits jours dans l’intérêt des employeurs et des salariés.

 

La CFE-CGC demande le retrait de l’article 6 et réaffirme son attachement à la laïcité !

 

à voir également

La CFE-CGC vous souhaite une bonne année 2018 !

 

La retraite : ce que vous devez savoir