Syndicat CFE-CGC | Métallurgie Lorraine

vendredi 15 octobre 2021

Alain MONPEURT, réélu président de la CFE-CGC Grand Est

 

La CFE-CGC a réuni ses instances interprofessionnelles composant les 10 départements de la Région Grand Est, lors de l’Assemblée Générale régionale qui s’est tenue le 14 janvier 2021 après-midi, en présence de Jean-Philippe TANGHE, trésorier, membre de l’exécutif confédéral et d’Éric LABOURÉ, délégué national.

Le matin du 14 janvier, Alain MONPEURT, entouré de son équipe, présidait le dernier Conseil d’administration de l’Union Régionale CFE-CGC Grand Est, pour la mandature 2016-2021 :

CA Union Régionale CFE-CGC Grand Est 14 janvier 2021

En vertu des nouveaux statuts récemment adoptés par la Confédération CFE-CGC, puis par les Unions territoriales, l’Union Régionale est à présent constituée d’un Comité Directeur Régional composé de 2 délégués par Fédération (soient 40 membres) et de 2 représentants des retraités (UNIR). S’y ajouteront les Présidents qui seront élus à la tête des 10 Unions départementales, et 5 référents sectoriels (santé, économie-industrie, emploi-formation, protection sociale, pôle public).

Lors de cette AG, Alain MONPEURT (issu de la Fédération de la Métallurgie) est élu Président de l’Union Régionale. Viviane FAFET (déléguée générale de la Fédération CFE-CGC BTP) est élue vice-présidente, en charge du développement. Gilles POSTAL (cadre et élu CSE chez Carrefour, issu de la Fédération Agroalimentaire) est élu Secrétaire Général, Daniel TROUILLOT (retraité, ancien cadre de la Sidérurgie, Fédération Métallurgie) est réélu Trésorier.

 

Alain MONPEURT, cadre et élu CSE chez Norauto, poursuit son parcours régional construit progressivement depuis vingt ans au fil de plusieurs étapes successives : adhésion à la CFE-CGC (2001), puis conseiller du salarié (2003-2007), représentant syndical au CE Nord-Est de Norauto (2002), secrétaire général CFE-CGC Métallurgie Lorraine (2007), président de la section encadrement du Conseil de prud’hommes de Metz (2008-2016), président de l’Union Départementale CFE-CGC de la Moselle (2012-2015), président de l’Union Régionale CFE-CGC Grand Est (2016), membre du Conseil Économique social et Environnemental (CESER) Grand Est (2018), président de la Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail (CARSAT) Alsace Moselle (élu le 9 mars 2020).

Entouré d’une équipe élargie, il entamera son second mandat à la tête d’une Union régionale axée notamment sur l’écoute, l’assistance et la prise en compte des besoins des salariés de l’encadrement au regard de cette crise sanitaire inédite, la création de nouvelles sections syndicales et de structures d’accompagnement, ainsi que la formation des militants et adhérents. Il procédera, dans les semaines à venir, à la mise en place des Unions Départementales et locales situées sur les principaux bassins d’emplois, en vue de pérenniser et renforcer la représentativité de la CFE-CGC dans les entreprises, au plus proche du terrain.

L’Union Régionale CFE-CGC Grand Est (Ardennes, Aube, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Haute-Marne, Marne, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Vosges), sixième région en nombre d’adhérents, s’adresse aux classes moyennes, tout en gardant sa spécificité qui est d’être la voix des techniciens, agents de maîtrise, forces de vente, cadres, ingénieurs et à ceux qui ont vocation à le devenir – c’est-à-dire, à des salariés dont les fonctions comportent responsabilité, initiative et/ou commandement, ceci pour les secteurs privé et public. La CFE-CGC est la première organisation syndicale de l’encadrement.

La CFE-CGC a signé l’accord national interprofessionnel sur le Télétravail qui rappelle notamment le fait que sa mise en place passe par un accord collectif, une charte ou un accord de gré à gré entre l’employeur et le salarié. Il donne ainsi à chaque entreprise un cadre pour mettre en place de manière durable le télétravail dans un contexte de crise sanitaire marqué par la généralisation de la continuité d’activité à domicile (CAD) dans des conditions souvent dégradées et pour laquelle les organisations syndicales, la CFE-CGC en tête, demandaient la mise en place de garanties collectives. Ce texte explicite clairement que les représentants du personnel, élus ou mandataires, bénéficient, en vertu de la loi, de moyens de fonctionnement équivalents, qu’ils soient dans les locaux de l’entreprise ou en télétravail.

La CFE-CGC vient également de signer en janvier, l’accord national interprofessionnel sur la Santé au Travail. Cet accord ancre la priorité de la prévention primaire en santé au travail ce qui constitue une avancée notoire. Il réaffirme les principes fondamentaux en matière de responsabilité de l’employeur. Le périmètre de la prévention des risques s’ouvre à l’organisation du travail tandis que les risques psychosociaux inhérents à l’activité professionnelle trouvent enfin leur place. Il renforce des outils existants et en crée de nouveaux.

La CFE-CGC lance sa campagne pour les élections TPE. Du 22 mars au 4 avril 2021, près de 4,5 millions de salariés des TPE et des particuliers employeurs vont être appelés à voter par voie postale ou électronique. Ils éliront les représentants syndicaux qui les représenteront durant quatre ans pour négocier les conventions et les accords collectifs au niveau des branches professionnelles, siéger dans les conseils de prud’hommes, entre autres. Un enjeu de taille pour ces salariés dont les employeurs, selon le ministère du Travail, recourent davantage aux contrats à durée déterminée (CDD), au temps partiel et aux emplois aidés, que les entreprises de 10 salariés ou plus. Dans ces contextes, le rôle des militants CFE-CGC est d’autant plus important : ils sont eux-mêmes cadres, agents maîtrises, techniciens et ils connaissent les zones d’ombres du code du Travail, les questions d’autonomie et de responsabilité, la gestion des urgences, la flexibilité des horaires, les problèmes que crée la distance domicile/lieu de travail, l’activité partielle, etc. Et ils peuvent s’appuyer sur les juristes de leurs structures syndicales pour aider les salariés de ces TPE.

 

Newsletter Fédération de la Métallurgie CFE-CGC :

 

 

 

 

La Semaine,  édition Thionville / Metz / Nancy :

Grand Est : Alain Monpeurt réélu à la tête de la CFE-CGC

 

L’ami hebdo Lorraine :

 

 

 

 

Les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA) :

 

 

 

 

 

Alain Monpeurt à la tête de la CFE-CGC Grand-Est

à voir également

Vente de Smart : Mario MUTZETTE (CFE-CGC) rencontre la Ministre

Pour la seconde fois en moins de 10 jours (à Bercy le 22 juillet et …

Vente de Smart Hambach : le point de vue de la CFE-CGC

« Comment pouvons-nous être sacrifiés de cette manière ? »     Mario MUTZETTE a été reçu, avec …